Questions/réponses avec Audrey Hardy

Beaucoup d’entre vous avez vu ou rencontré Audrey Hardy, à Maurice ou au cours de conférences à l’étranger. Dans le 2e et dernier extrait d’une interview réalisée par Benjamin Holl, de Radio Bonne Nouvelle (Cameroun), en avril 2009, elle évoque les liens privilégiés de CTMI avec l’Afrique et la construction du nouvel auditorium de Trianon.

• Quelles sont les relations de CTMI avec l’Afrique ?

Nous considérons que c’est un privilège de servir le Seigneur ici en Afrique, et nous savons que tout le monde n’est pas disposé à le faire. Pour nous, servir le Seigneur, ce n’est pas venir, prêcher et repartir. C’est construire des relations, être concernés par nos frères et nos sœurs, rester en contact avec eux, c’est partir mais revenir et voir l’église du Seigneur se former en prenant racine sur la bonne fondation… non pas la fondation d’un évangile qui promet des bénédictions, mais celle de l’Evangile qui est un défi et emmène l’œuvre de Dieu à se faire dans la vie des gens. On travaille aussi dans d’autres parties du monde, mais l’Afrique a une place spéciale dans notre cœur. On ne vient pas ici pour être dans de grands hôtels ni habiter dans de grandes maisons, mais pour vivre comme les gens d’ici. On ne se laisse pas arrêter par les circonstances parfois très difficiles. Car venir en Afrique, ce n’est pas évident, tout est cher, tout est compliqué… Mais on pense que c’est là que le Seigneur veut que nous soyons. Pour nous, c’est une grâce et on veut répondre à cet appel.

• CTMI construit un grand auditorium, dans la région de Trianon, à l’île Maurice. Qu’est-ce que ça vous fait quand vous voyez une telle œuvre ?

C’est très encourageant, surtout quand on se souvient d’où l’on est parti en 1982. Notre lieu de rencontre était délabré : quand il pleuvait dehors, il pleuvait à l’intérieur, et on n’avait pas les moyens d’avoir mieux, puisqu’on n’avait rien. On se disait : « Dieu se servira sûrement de riches chrétiens d’autres pays pour nous permettre de construire quelque chose. » Mais finalement, le Seigneur nous a montré qu’il allait utiliser les chrétiens de nos églises, nous-mêmes, avec nos petits moyens. Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. On a commencé par louer un local plus agréable, puis on a acheté un petit terrain et on a fait confiance au Seigneur. Les Mauriciens se sont tout d’abord sacrifiés, ils ont donné, puis les églises en partenariat avec nous nous ont apporté un grand soutien et nous avons pu construire l’église de Curepipe.  ça a été un cheminement, on a toujours dû faire avec peu pour pouvoir avancer et réaliser les projets que le Seigneur nous conduisait à accomplir.

• Comment la construction de Trianon est-elle financée ?

Quand le Seigneur a mis sur notre cœur d’acheter ce terrain, c’était vraiment un grand pas de foi parce qu’on n’avait pas les finances correspondantes. Alors on a exposé ce projet au peuple de Dieu. C’est une chose à laquelle on tient beaucoup : quand on parle de projets aux chrétiens, on veut leur dire ce qu’ils coûtent, et quand ils nous donnent, leur dire ensuite : « Voilà ce qu’on a reçu et ce qu’on a fait avec. » Ça nous scandalise de voir souvent des ministères lancer des appels de fonds sans préciser les montants nécessaires, ni combien ils ont reçu et ce qu’ils ont fait avec les dons. Nous considérons qu’il est tout à fait légitime de rendre des comptes au peuple de Dieu. Le résultat, c’est qu’il a confiance en nous et n’a aucun problème à donner. On a donc pu acheter ce terrain. Ensuite, quand on a vu le coût de cet auditorium, on a pensé qu’on ne pourrait jamais y arriver. Pourtant, cette vision était tellement claire pour Miki que nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure par la foi. Bien vite, il y a eu des besoins financiers mais à chaque fois que les caisses étaient vides, le Seigneur pourvoyait : un frère vendait quelque chose, il nous donnait une partie de la vente, un autre avait reçu un héritage, il voulait partager, et ça a duré plus de deux ans. Nous arrivons à la fin de la construction de l’auditorium et le Seigneur a pratiquement pourvu à tout, il y a même des gens encore prêts à donner ! Et nous savons que ce n’est pas pour nous que nous avons construit cela, c’est pour Son œuvre jusqu’à Son retour.

• Quelle est la vision qui vous a poussés à construire cet auditorium ?

Avant tout, à Curepipe, on était trop à l’étroit, que ce soit pour nos conférences internationales ou pour nos rassemblements mensuels d’églises. Il était donc devenu urgent de déménager dans quelque chose de plus grand… De plus, nous sommes convaincus que c’est un endroit stratégique où le Seigneur va répandre son Evangile, où Il va toucher beaucoup de vies, et qu’à partir de ce lieu, nous allons continuer à atteindre plusieurs pays du monde. Il est quand même assez amusant de voir que le Seigneur se sert de l’île Maurice, petite goutte d’eau dans l’océan Indien, pour annoncer la Bonne Nouvelle dans d’autres parties du monde. Le Seigneur choisit des « choses folles » ! Mais c’est un tel privilège d’avoir une part là-dedans.

Publicités

A propos Administrator

Part of the CTMI | Church Team Ministries International network, spreading the message of the Cross, as the answer for the Church and our lives. We preach Jesus Christ and him crucified.
Cet article a été publié dans Interview, Newsletter n°16. Ajoutez ce permalien à vos favoris.