Questions/réponses avec Audrey Hardy

Beaucoup d’entre vous avez vu ou rencontré Audrey Hardy, à Maurice ou au cours de conférences à l’étranger. Pour en savoir plus sur elle et sur son rôle à CTMI, voici un 1er extrait d’une interview réalisée par Benjamin Holl de Radio Bonne Nouvelle (Cameroun) en avril 2009.

  • Qui est Audrey Hardy ?

Je suis née à l’île Maurice dans une famille catholique. J’étais très engagée dans l’église, mais au fond de moi je recherchais quelque chose… A 27 ans, j’ai entendu l’Evangile pour la 1re fois, prêché par des laïcs venus d’Afrique du Sud qui vivaient ce que je recherchais. J’ai lu la Bible avec un cœur ouvert et Jésus s’est révélé à moi. J’ai compris mon besoin de me repentir de mes péchés, de réaliser que Jésus était mort sur la croix pour moi, de l’accepter d’une manière personnelle, et ma vie a été bouleversée. Comme Miki venait juste de vivre la même chose, on a pu grandir ensemble dans le Seigneur.

  • Quelles ont été les réactions autour de vous ?

On a été rejetés par nos familles et nos amis. Dès le départ, on a dû prendre soin d’autres personnes qui venaient de naître de nouveau, et donc grandir très vite dans l’Evangile. Deux ans après, nous sommes partis en Afrique du Sud faire une école biblique. Puis nous avons ressenti que le Seigneur nous appelait à retourner à l’île Maurice. Ce n’était vraiment pas là que nous aurions voulu aller ! Avec les persécutions, c’était difficile… Mais on a dit « oui » au Seigneur. On était très engagés dans le mouvement charismatique, ce qui comptait, c’était la puissance, les délivrances, l’intercession… On ne pensait pas que Dieu avait besoin de travailler nos vies.

  • Vous voulez dire que votre conception de la vie chrétienne a évolué ?

A ce moment-là, dans mon couple, j’avais du mal à me soumettre à Miki, et il y avait beaucoup de disputes. De plus, selon notre compréhension, il y avait égalité de ministère entre mari et femme, on partageait un peu le ministère de pasteur et je prenais pas mal de décisions dans l’église. Ma relation avec les anciens n’était pas idéale et je n’avais pas beaucoup de respect dans mon cœur pour eux. Vu de l’extérieur, dans l’église tout paraissait bien : les gens se convertissaient, il y avait des guérisons, des délivrances… mais il n’y avait pas la paix et les gens ne grandissaient pas comme ils auraient dû… Enfin, au début des années 90, après 7 ans dans le ministère, Miki a compris que s’il voulait voir l’église changer, il devait d’abord changer lui-même ; le Seigneur ne veut pas de grands sermons, de grandes actions pour Lui, mais une vie qui Le glorifie, la possibilité de nous façonner à Son image.

  • Que s’est-il passé concrètement quand vous avez pris ce « virage » ?

Le Seigneur a commencé à faire une œuvre profonde dans la vie de Miki puis, à mon tour, Il m’a brisée pour que je prenne ma place dans mon couple, et ensuite dans l’église. Ça a été quelques années très difficiles. On faisait partie des leaders charismatiques en vue, alors quand le Seigneur nous a emmenés sur un chemin différent, on a été mis de côté, considérés un peu comme une secte… Ça a été un chamboulement dans nos maisons, dans l’église, mais peu à peu, on est arrivés à poser une fondation. Chacun a pu trouver sa place, de vraies relations ont été construites avec les anciens. On est devenus une véritable équipe… Le Seigneur a emmené la paix dans l’église, avec une œuvre extraordinaire dans le cœur des responsables et du peuple de Dieu. Ensuite, les portes ont commencé à s’ouvrir dans l’océan Indien, puis en Afrique, pour équiper les serviteurs de Dieu afin qu’ils puissent être efficaces pour l’œuvre du Seigneur.

  • Quel est votre rôle au sein de CTMI ?

Comme le nom CTMI l’indique, nous sommes avant tout une équipe, donc avec l’aide des autres, j’interviens dans la coordination de l’administration, je m’occupe des finances, de la correspondance, je valide les programmes TV et radio, je travaille sur CTMI Today et les e-letters (rapports de mission). Vous savez, CTMI oeuvre grâce à des partenaires de cœur qui nous soutiennent financièrement et dans la prière. Alors je fais des rapports de mission sur ce que Miki prêche, ce qui se passe, comme un family news, afin que nos partenaires vivent tout au plus près… Miki et l’équipe apostolique répandent l’Evangile, et moi je suis impliquée dans tout ce qui vient autour. Je m’occupe aussi de tout l’aspect social de CTMI, là où le Seigneur nous appelle à aider les orphelins, les veuves, les pauvres, j’aide là où je peux… On est une petite équipe avec des petits moyens, mais on fait beaucoup avec peu !

La suite dans le prochain numéro…

Publicités

A propos Administrator

Part of the CTMI | Church Team Ministries International network, spreading the message of the Cross, as the answer for the Church and our lives. We preach Jesus Christ and him crucified.
Cet article a été publié dans Interview, Newsletter n°15. Ajoutez ce permalien à vos favoris.