Ministères – Q/R avec Miki Hardy

Pourquoi CTMI insiste-il sur le fait que différents ministères travaillent ensemble ?
D’après la Bible, les différents ministères – apôtre, prophète, évangéliste, pasteur, docteur – travaillant dans l’unité, sont indispensables pour l’édification de l’Église. Or aujourd’hui, dans le corps de Christ, on voit peu de travail d’équipe. Pourtant, l’apôtre Paul oeuvrait avec des hommes ayant différents ministères.

  • Après les conférences nationales, vous envoyez des membres de l’équipe apostolique pour des visites de suivi : leur donnez-vous des directives précises ?

Je n’ai pas vraiment de directive à donner car ce sont des « fils » engendrés dans l’évangile, leur appel leur permet de partager ce qu’ils ont dans leur coeur. L’important est de s’assurer que ceux qui sont envoyés portent l’esprit de l’évangile, car ainsi ils vont ajouter à la fondation par leur propre onction.

  • Est-ce que vous envoyez des ministères dans un ordre particulier, ou en fonction de leurs disponibilités ?

La Bible nous montre comment les ministères travaillent ensemble. Nous envoyons des membres de l’équipe selon leurs disponibilités et aussi selon leurs différents dons. Mais il est essentiel que les ministères apostolique et prophétique posent d’abord la fondation.

  • De nombreuses petites églises aujourd’hui ont un responsable qui s’est nommé lui-même pasteur après avoir évangélisé. Les ministères peuvent-ils être établis sans corps d’anciens ?

C’est l’origine de nombreux problèmes dans l’église aujourd’hui. Quelqu’un qui aime le Seigneur, qui veut Le servir, n’a pas forcément un appel pour être pasteur. La Bible ne parle pas d’évangélistes indépendants, allant d’eux-mêmes ouvrir des églises, mais d’évangélistes faisant partie du corps d’anciens d’une l’église locale, envoyés pour exercer leur ministère. Dans certains cas, en accord avec le corps d’anciens, ils établissent une nouvelle église locale. Le pasteur, qui a une onction spécifique, fait partie des cinq ministères dans l’église locale. Le peuple de Dieu reconnaît son cœur et son amour pour prendre soin de lui, le cœur d’un berger pour le troupeau. Il est triste de voir quelqu’un avec 20 chrétiens autour de lui se dire pasteur, alors qu’il ne peut pas assumer cette responsabilité. Comment les chrétiens vont-ils grandir ? C’est pourquoi, dans toutes nos conférences, nous demandons aux pasteurs s’ils sont sûrs d’avoir un réel appel de Dieu dans leur vie. Malheureusement, beaucoup passent outre, d’autres demandent au Seigneur ce qu’Il désire pour eux. Il n’y a pas trace de one man show dans l’église primitive, mais aujourd’hui, c’est le modèle de l’église dans le monde entier. C’est pourquoi les chrétiens ne peuvent pas grandir pleinement et vivre ce que Dieu leur demande… Le plan de Dieu n’a jamais été de donner à un seul homme la responsabilité d’emmener l’église dans la maturité, il a toujours prévu plusieurs ministères travaillant ensemble avec des dons, des appels et des onctions différents. Le one man show n’est pas la bonne façon d’y arriver.

  • Vous utilisez toujours le mot « relation » lorsque vous parlez de travailler avec les églises et les pasteurs. Pourquoi ?

Dans la Bible, lorsque des hommes de Dieu travaillent ensemble, les relations spirituelles sont la base de tout. Ils sont unis dans l’esprit par l’évangile. On ne peut avoir ce genre de relation avec quelqu’un qui n’est pas établi sur la fondation de la croix de Jésus-Christ. Mais lorsqu’un responsable d’église accepte le message de la croix, qu’il est prêt à donner sa vie, à s’humilier, alors nous vivons les mêmes choses, nous sommes sur le même chemin, et nous pouvons construire cette relation de l’esprit. Le reste n’est qu’amitié. Une vraie relation spirituelle existe quand deux personnes sont prêtes à donner leur vie l’une pour l’autre.

Publicités

A propos Administrator

Part of the CTMI | Church Team Ministries International network, spreading the message of the Cross, as the answer for the Church and our lives. We preach Jesus Christ and him crucified.
Cet article a été publié dans Interview, Newsletter n°12. Ajoutez ce permalien à vos favoris.